La parabole des aveugles et de l’éléphant 1

Six hommes d’Inde, très enclins à parfaire leurs connaissances, allèrent voir un éléphant (bien que tous fussent aveugles) afin que chacun, en l’observant, puisse satisfaire sa curiosité. Le premier s’approcha de l’éléphant et perdant pied, alla buter contre son flanc large et robuste. Il s’exclama aussitôt : “Mon Dieu ! Mais l’éléphant ressemble beaucoup à un mur!”. Le second, palpant une défense, s’écria : “Oh ! qu’est-ce que cet objet si rond, si lisse et si pointu? Il ne fait aucun doute que cet éléphant extraordinaire ressemble beaucoup à une lance !”. Le troisième s’avança vers l’éléphant et, saisissant par inadvertance la trompe qui se tortillait, s’écria sans hésitation : “Je vois que l’éléphant ressemble beaucoup à un serpent !”. Le quatrième, de sa main fébrile, se mit à palper le genou. “De toute évidence, dit-il, cet animal fabuleux ressemble à un arbre !”. Le cinquième toucha par hasard à l’ oreille et dit : “Même le plus aveugle des hommes peut dire à quoi ressemble le plus l’éléphant ; nul ne peut me prouver le contraire, ce magnifique éléphant ressemble à un éventail !”. Le sixième commença tout juste à tâter l’animal, la queue qui se balançait lui tomba dans la main. “Je vois, dit-il, que l’éléphant ressemble beaucoup à une corde !”. Ainsi, ces hommes d’Inde discutèrent longuement, chacun faisant valoir son opinion avec force et fermeté. Même si chacun avait partiellement raison, tous étaient dans l’erreur.

Du café du commerce 2

Habituellement, nous considérons que si une idée est vraie, alors l’idée contraire est fausse. C’est ce que l’on appelle le principe de non-contradiction qui est à la base de notre logique telle que l’a définie Aristote. Cependant Eubulide de Millet, qui en était un adversaire a montré grâce au paradoxe du menteur 3 que cela n’était pas nécessairement juste : “Un homme disait qu’il était en train de mentir. Ce que l’homme disait est-il vrai ou faux ?”. Cette phrase ne peut être ni vraie… ni fausse ! De même, comme dans la parabole de l’éléphant, il y a des affirmations qui peuvent sembler contradictoire mais sont toutes vraies 4 . On parle alors d’antinomie. C’est particulièrement le cas, lorsque l’on cherche à avoir plusieurs points de vue différents sur un sujet.

Armé du principe de non-contradiction, nous passons beaucoup de temps, non pas à chercher ce qui est vrai ou faux, mais à justifier ce que nous avons dit précédemment … Et donc que les autres qui proposent des arguments différents sont dans l’erreur. Une très grande majorité du temps de discussion est ainsi consacré pour chacun à répéter sa propre affirmation pour être sûr qu’elle soit bien prise en compte et à la justifier. Le fond de la discussion bien souvent, ne consiste plus à chercher ce qui est vrai, mais à ne pas être mis en défaut et même si possible à obtenir la reconnaissance des autres pour avoir dit quelque chose considéré comme vrai.

…A l’intelligence collective

Pour sortir du “café du commerce”, il est nécessaire de chercher dans un premier temps non pas ce qui est vrai mais les différents points de vue sur un sujet. Plus le nombre de personnes qui proposerons un point de vue sera grand, plus la vision aura des chances d’être plus complète. A ce stade, la discussion peut s’accommoder de visions approximatives, voir apparemment fausses, l’objectif étant de rassembler le plus grand nombre de point de vue différents et d’en susciter de nouveaux pour compléter ceux déjà rassemblés.

Mais nous devons également composer avec nos propres limitations cognitives. Ainsi, nous ne pouvons garder à l’esprit que les trois derniers éléments d’une discussion 5. Lorsque nous prenons du recul par rapport au discours, nous pouvons avoir une vue d’ensemble des différents affirmations ou arguments, mais là encore nous sommes limités et ne pouvons conserver à l’esprit qu’entre 5 et 9 idées 6. Pour permettre de traiter un sujet par l’intelligence collective, nous allons donc devoir avoir une méthode pour travailler avec un très grand nombre de personnes, cartographier l’ensemble des idées proposées tout en s’interdisant dans un premier temps de sélectionner certaines idées et d’en éliminer d’autres. Assembl propose une méthodologie qui va dans ce sens.

 

Cet article de Jean-Michel Cornu est issu du site coop-tic.eu
Jean-Michel Cornu intervient depuis plus de vingt ans comme consultant international dans le domaine de l’innovation, des plateformes collaboratives et de la société de l’information. Il est également le directeur scientifique de la Fondation Internet Nouvelle Génération (FING) en France. Jean-Michel est l’auteur de nombreux livres, dont “Prospectic : nouvelles technologies, nouvelles pensées” et “La coopération : nouvelles approches”